A Raismes, l’assemblée diocésaine tient ses promesses

Samedi 2 juillet 2022 une vingtaine de personnes se sont retrouvées à la Maison Diocésaine 6 autres se sont excusées mais restent impliquées.

Une rencontre pour projeter une nouvelle organisation de l'équipe diocésaine suite au départ de Marie et Jean MASSET
Intéressés au bénévolat, sympathisants, alliés et relais de notre ONG de développement : tous étaient présents ce premier samedi de juillet à la Maison du Diocèse de Cambrai.

Au nom de l’équipe d'animation diocésaine, Marie nous accueille : « Nous sommes là pour ouvrir grand les yeux sur la solidarité internationale, les sociétés en difficulté et convaincre qu’il est possible de changer les choses ici, dans notre diocèse, et là-bas, en lien avec les jeunes absents de notre assemblée mais très sensibles à ce qui touche les défis climatiques, les inégalités sociales … Et cela est essentiel. Cet après-midi, grâce à quelques uns du lycée Henri Wallon (Valenciennes), un greenwashing se vivra dans la rue ». Il revient à Claudine, du réseau thématique « Migrations internationales », déléguée diocésaine à la pastorale des Migrants, de témoigner de son retour d’immersion à Calais, en mars dernier, diaporama à l’appui, Jean-Maurice*, diacre permanent, aumônier du CCFD TS, étant à la manoeuvre. « Calais, ce sont 40 ans d’histoire franco-britannique, les premiers migrants ayant été les Kosovars … petit coup de chapeau aux Calaisiens si résilients et bienveillants depuis toutes ces années. Ce qui est à retenir aujourd’hui : tant envers les migrants que les aidants, le climat est hostile, on criminalise les ONG pour qu’il n’y ait pas de point de fixation. Heureusement, la plate-forme des soutiens aux migrants (PSM) agit, rend compte, aide à aider, à changer le regard -y compris celui des forces de l’ordre !-, solidaire des maisons accueillantes aux migrants, à l’auberge des migrants, à la maison de l’entraide et des ressources. Travailler en réseau a remplacé la mise en avant de tel mouvement, service, groupe. Le message à retenir ? Refuser les migrants, c’est refuser la vie. Avec le pape François, nous avons à nous convertir à la fraternité car nous sommes bien de la même humanité ».

Et chez nous ?

Point d’étape a été fait sur ce qui se vit dans les douze doyennés et les cinquante paroisses. Le bilan est inégal. Animation, découverte, jeux, sensibilisation, repas … chacun(e), là où il (elle) se trouve -au CMR, dans l’enseignement catholique, dans le réseau Laudato si’ ou Fratelli Tutti, le secours catholique etc …- essaie de créer du lien pour un monde plus juste et plus solidaire. Bénédicte, chargée de développement associatif à la Délégation régionale, à Lille, a souligné l’importance à "valoriser ce qui est fait et à le faire savoir aux institutions et partenaires. Les territoires doivent se mobiliser ». Au nom de la coordination régionale des Hauts de France, Monique, a rappelé l’importance à  «  animer, organiser et relier » ce que vivent équipes de terrain et paroisses. Bonne nouvelle : Marie-Andrée, ancienne responsable diocésaine, partira deux semaines en août-septembre en Equateur (Amérique du Sud), avec une vingtaine de militants, envoyée par la Solidarité internationale pour le développement et l’investissement (SIDI). Et, bien sûr, chacun(e) garde à l’esprit le 15 octobre prochain, date du congrès annuel, sur la paix et le vivre ensemble. On a hâte …

Philippe Courcier

*en ouverture, Jean-Mau s’est livré à un commentaire de l’évangile du lendemain (Luc) : « Le Royaume de Dieu est tout près, il est déjà là. il n’est pas seulement à venir, il est déjà présent, il nous incombe de l’actualiser. La vie, le bonheur ne sont pas pour demain, nous avons la mission de les rendre accessibles à tous aujourd’hui. Telle est la vocation des responsables de l’Eglise mais aussi de tous les baptisés ».

Article publié par Chantal MALPAUX • Publié le Lundi 04 juillet 2022 • 282 visites

keyboard_arrow_up